Capacité à apprendre

« …La capacité à apprendre, cet héritage si précieux reçu de Plans précédents, déborde le domaine de l’expansion et de la consolidation pour englober d’autres domaines de l’entreprise bahá’íe, notamment l’action sociale et la participation aux discours dominants dans la société… »

« …le principal objectif est d’initier un processus visant à développer, dans le groupement, des capacités grâce auxquelles ses habitants, mus par le désir de contribuer au bien-être spirituel et matériel de leurs communautés, peuvent commencer à offrir des actes de service… »

« …Bientôt, il se forme dans un groupement un noyau d’amis qui travaillent ensemble et se consultent, et organisent des activités. Pour que le processus de croissance continue de progresser, le nombre de personnes manifestant un même engagement doit augmenter, et leur capacité d’entreprendre une action systématique dans le cadre du Plan doit s’accroître en proportion. Et s’apparentant au développement d’un organisme vivant, la croissance peut se produire rapidement quand les conditions adéquates sont réunies… »

« …Évidemment, ce n’est pas le simple fait d’offrir une formation qui entraîne un progrès. Les efforts en vue de développer les capacités ne suffisent pas si des dispositions ne sont pas rapidement prises en vue d’accompagner, dans l’arène du service, les personnes formées. Un niveau de soutien adéquat exige beaucoup plus que des paroles d’encouragement. Lorsqu’on se prépare à entreprendre une tâche inhabituelle, travailler aux côtés d’une personne qui possède une certaine expérience permet d’être plus conscient des possibilités. L’assurance d’une aide concrète peut donner à celui qui s’apprête à tenter une nouvelle expérience le courage d’initier une activité pour la première fois. Les âmes approfondissent ainsi leur compréhension ensemble, échangeant avec humilité les compréhensions que chacune possède à un moment donné et désireuses d’apprendre de leurs compagnons de voyage dans le sentier du service. L’hésitation s’estompe et la capacité s’accroît jusqu’à ce qu’une personne puisse mener des activités de façon indépendante et, à son tour, en accompagner d’autres dans le même sentier… »

« …Leurs actions sont toujours motivées par le désir de voir s’accroître les capacités d’autrui et par celui de cultiver des amitiés basées sur la coopération et la réciprocité… »

(Maison Universelle de Justice, 29 décembre 2015)

 

 

 

 

 

 

FB June 27, 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *